Le petit journal de deux indissociables : la chasse et l'environnement

Biodiversité : convention de partenariat entre l’OFB et les parcs naturels régionaux

La Fédération des parcs naturels régionaux de France et l’OFB ont signé, le mercredi 12 juin, une convention-cadre de partenariat pour la période 2024-2027, qui vise à renforcer leur collaboration pour la protection et la valorisation de la biodiversité sur l'ensemble du territoire. Dans un communiqué commun, les signataires expliquent : « « Les enjeux de cette convention sont multiples. D'une part, il s'agit de coordonner et d'optimiser les efforts de conservation et de gestion des espaces naturels, tout en favorisant la restauration des écosystèmes dégradés. D'autre part, cette convention entend renforcer l'intégration des enjeux de biodiversité dans les politiques publiques et sectorielles, telles que l'agriculture, la forêt, l'urbanisme et l'énergie, en mobilisant l'ensemble des acteurs concernés, des collectivités locales aux citoyens, en passant par les entreprises et les institutions internationales.

[ LIRE LA SUITE... ]


Game Fair 2024 : sous le signe du succès

Rendez-vous incontournable de la chasse et de la nature, les passionnés ont parcouru, durant ces trois journées, les allées du Game Fair à Lamotte Beuvron, dont c’était la 40ème édition. Tous les espaces thématiques (Village Premium, Village Chiens, Village Chasse à l’Arc, Village Pêche, Village Artisans couteliers, Organisateurs de chasse…) étaient pris d’assaut par la foule des visiteurs, ce qui n’était pas pour déplaire aux 600 exposants présents. Armes, optiques, munitions, vêtements, accessoires, trompes de chasse, véhicules, chiens, institutionnels (FNC, OFB, FDC, SCC, FEPAM, SIA…) et les grandes associations cynégétiques (FACCC, ANCGG, ANFA, ASCA…) répondaient aux demandes, renseignaient, conseillaient et distillaient le petit plus attendu. Pays à l’honneur, la Roumanie a su montrer les facettes insoupçonnées de ses prestigieux paysages et destinations de chasse, ainsi que la qualité de sa faune sauvage. Bref, un climat bon enfant dans les allées, ce qui n’était pourtant pas le cas dans les coulisses de nos institutions cynégétiques, où le résultat de l’élection européenne a fait plus de dégâts que les façades ne veulent bien le montrer. La valse des hésitations et des ambitions a commencé, mais comme il est trop tôt pour « rendre hommage à Willy Schraen », il n’y a pas encore de candidat(s) pour donner l’estocade. Cependant, dans les starting blocks, la pression monte, et le premier qui se manifestera sera aussitôt coiffé de la casquette à double visière… Comme en politique, les alliances vont donc se faire et se défaire. Souhaitons que cette période de turbulence ne dure pas trop longtemps, et que les « égos frustrés » digèrent rapidement leur déception…

 

 


Les faits divers de la semaine

- Alpes-Maritimes : les secours et l'OFB sont intervenus, mardi dernier, à Cannes, pour saisir un jeune fennec détenu illégalement et en mauvaise santé, chez un particulier, qui a été placé en garde à vue. Au domicile du Cannois, ils ont découvert également une poule, détenue dans des conditions sanitaires douteuses. Les deux animaux ont été importés illégalement d'Algérie, et le fennec était détenu sans autorisation, alors que sa détention est strictement réglementée. Les animaux ont été transportés et confiés au zoo de Fréjus.

 

- Aveyron : au début du mois d’avril dernier, la FDSEA et les JA demandaient au préfet l’intervention immédiate de la brigade loup, suite à sept attaques sur des ovins qui touchaient six exploitations aveyronnaises. Le week-end dernier, de nouvelles attaques ont eu lieu, se soldant par deux brebis mortes et une disparue à Sainte-Eulalie-de-Cernon. Et concernant les vautours, deux vaches et leur veau respectif d’une même exploitation ont été attaqués à Ségur, plus une brebis tuée à Curan, et à Sévérac, une brebis tuée et deux blessées. « A cette allure, quel sera le bilan du nombre d’animaux victimes du loup et du vautour en 2024 ? » interrogent les deux syndicats agricoles.

 

- Côte d’Or : passionné de photos, Jean-Pierre Dambrun a eu la chance d'observer un vautour fauve, le dimanche 9 juin, sur une falaise, près de Mâlain en Côte-d'Or. Contacté par France 3, il raconte : « Je me suis rendu dans la matinée sur des falaises calcaires proches de Mâlain, à la recherche des faucons pèlerins qui y nichent depuis de nombreuses années. Après 2 heures d'affût, j’ai vu une tache énorme, de la taille d'un mouton, sur le rebord de la falaise. Il n'y avait pas de doute sur l'espèce… Il est resté sur place pendant 45 minutes. Les photos ne sont pas très nettes… » regrette le photographe qui se trouvait entre 150 et 200 mètres du vautour…

[ LIRE LA SUITE... ]


Mort de Morgan Keane en 2020 : audience sur les intérêts civils

Le mercredi 12 juin, s’est tenue devant le Tribunal judiciaire de Cahors, une audience sur les intérêts civils, après la mort de Morgan Keane, tué le 2 décembre 2020, par la balle d’un chasseur. Une demande d'indemnisation de plus d'un million d'euros avait été demandée contre l’auteur du coup de feu et l'organisateur de la battue, déjà condamnés pénalement en janvier 2023, respectivement à deux ans et 18 mois de prison avec sursis. Lors de l’audience de mercredi dernier sur les intérêts civils, l'avocat de la défense a réclamé solidairement au chasseur et au directeur de battue, la somme de 1 442 588 € au titre du préjudice subi par la victime, et du préjudice moral subi par son frère Rowan. « Les assurances n’ont pris aucune initiative pour proposer des solutions, alors que le dommage est reconnu dans un jugement pénal devenu définitif. Ça en est presque indécent » déplorait Me Benoit Coussy, portant au cœur des débats les barèmes d'indemnisation des assurances, argumentant que : « Pour que ça change, il faut taper au porte-monnaie ». Et, dans la logique de sa plaidoirie, il demandait « l'application symbolique des plafonds de garantie à double titre. Le premier, parce que ces plafonds devraient être applicables en cas d'homicide, car rien d'autre n'a plus de valeur que la vie d'un être humain. Et le second, car il vise à responsabiliser l'ensemble des chasseurs… » ajoutant : « Si les plafonds de garantie sont appliqués, cela va avoir des répercussions sur les polices d'assurance. Elles vont augmenter significativement… et les chasseurs y réfléchir à plusieurs fois avant de tirer… En touchant au porte-monnaie, on responsabilise chaque chasseur lors des parties de chasse à venir ». Quant au montant d'indemnisation proposé par les parties adverses, il est très loin de celui réclamé par la partie civile. La décision sera rendue le 5 août 2024.


Tir d’été du sanglier : la dissuasion au bout du champ

Lorsqu’il s’agit de protéger les cultures, l’élimination d’une bête rousse ou de compagnie est sans doute le plus efficace pour décantonner une compagnie. Elle videra les lieux immédiatement et ne s’y risquera plus pendant une dizaine de jours, le temps du répit. Avant de tirer, le premier point est d’estimer la distance qui vous sépare de l’animal convoité. Si vous ne disposez pas d’un télémètre, il faudra l’évaluer par tranches. C’est simple : mémorisez une longueur de vingt à trente mètres que vos connaissez bien (votre cour, votre propriété…) et reportez-la mentalement, le nombre de fois nécessaire, jusqu’à la cible. En général et sous les 200 mètres, la marge d’erreur ne dépasse pas 10 à 15%, ce qui permet d’appliquer éventuellement la correction utile. Le second point porte sur l’aspect physique de l’animal (sexe et poids). Si, jusqu’à la bête de compagnie, l’allure générale ne permet pas de faire la distinction entre mâle et femelle, la différenciation morphologique sera possible au stade suivant. Chez les ragots, le pinceau pénien est devenu visible, la partie avant est plus forte et plus trapue que le train arrière. Le ventre est légèrement en retrait et les cuisses sont musclées mais pas rebondies, ce qui donne à l’ensemble une forme trapézoïdale. Chez les laies ragotes, le corps, de profil, aura une forme rectangulaire, présentant un dos longiligne, des cuisses arrondies et un ventre légèrement tombant. Pour l’estimation du poids, le kilo au centimètre est toujours d’actualité. Une bête rousse de 40 cm de haut pèse approximativement 40 kg, et une bête de compagnie de 60 cm : 60 kg. Si vous chassez à l’affût, plantez en terre, à environ 80 mètres de votre poste, une branche que vous casserez à 60 cm de haut. Ce repère visuel vous aidera. En revanche, ne vous fiez jamais à la couleur des soies, car plus elles seront noires, plus le sujet semblera lourd.


FNC : un communiqué en trompe l’œil… de lynx ?

A la suite de « l’Atelier international Lynx » qui s’est tenu mardi dernier à Remiremont, dans les Vosges, la FNC s’est fendue de ce très (trop ?) bienveillant communiqué :

« Lynx : un atelier international qui réaffirme le rôle des chasseurs et le besoin du collectif

L’atelier international Lynx qui s’est déroulé, à Remiremont, dans les Vosges a accueilli une centaine de participants dont des intervenants de Lettonie, de Slovénie, de Suisse et du Palatinat Allemand. Il a été co-organisé par la FNC et les Fédérations départementales des chasseurs très investies dans les projets Ecolynx (FDC 25, 39 et 88). Son objectif : permettre un approfondissement de la réflexion autour de cette espèce protégée. Les participants du réseau fédéral de la chasse, de l’OFB et des DREAL, travaillant au sein du plan national et du plan régional d’actions lynx se sont déclarés unanimes sur la nécessité de partager les données en temps réel afin de pouvoir adapter les plans de chasse de grands ongulés aux prélèvements de proies opérés par les lynx. En effet, ce grand prédateur peut exercer une pression importante sur les ongulés sauvages (chamois et chevreuils). Les intervenants ont aussi présenté les résultats de projets scientifiques ambitieux au sein desquels les chasseurs jouent un rôle clé, en acteurs responsables et en toute transparence avec leurs partenaires. La question de la gouvernance de ce type de projet a été longuement évoquée. Les derniers résultats du plan national et du plan régional d’actions lynx ont été présentés avec en particulier une restitution du volet ECOLEMM (Etude chasse ongulés lynx dans un écosystème de moyenne montagne), composante du projet Ecolynx porté par la FNC et de nombreuses Fédérations des chasseurs dans le cadre du dispositif écocontribution. Ecolynx a pour objectif de perfectionner la connaissance de l’espèce et de son comportement et de tracer des pistes de coexistence. La journée s’est conclue par la projection du film de Laurent Geslin « le retour fragile du lynx » qui montre, notamment, l’intérêt des chasseurs à s’impliquer sur l’ensemble de ces programmes et à être étroitement associés à la gestion de l’espèce ».

Bien évidemment, le lynx est un magnifique animal, qui a toute sa place dans la nature. Mais on comprendrait mieux de telles positions de la part des instances dirigeantes cynégétiques si les chasseurs étaient véritablement impliqués dans la gestion de ces grands prédateurs… 


Comment bien nettoyer les fonds de rayures du canon

Le plomb, le cuivre, l’eau et le temps conspirent pour saboter la précision d’une arme. Pour la préserver, il convient donc de prendre quelques précautions et d’effectuer, au moins une fois par an, un décalaminage des fonds de rayures du, ou des canons. Premier point, si vous utilisez un dissolvant cuivre, n’utilisez pas de brosses à brins de cuivre qui seraient attaqués par le produit. Servez-vous plutôt de brosses en nylon. Deuxième point, avant de passer le premier écouvillon, ou brosse, dans le canon, assurez-vous que la canne est suffisamment longue pour le(la) pousser hors de la bouche. Les écouvillons ne sont pas faits pour s’inverser à l’intérieur. Une tige monobloc à rotation libre, en acier nu ou recouverte de polymère, est préférable aux tiges en aluminium en trois parties, qui ne s'accouplent pas toujours parfaitement, et peuvent causer des dommages. Troisième point : jetez les brosses dont les poils sont en lambeaux, car ils permettent au noyau en acier de gratter les rayures. Cela étant fait, il faut savoir que les balles en cuivre massif et les balles en plomb avec des gaines en cuivre pur, laissent des dépôts plus tenaces. Les taches vertes ou bleues sur les patchs témoignent d'un encrassement. S'il résiste au brossage, les solvants sans ammoniaque pourront l’éliminer après trempage. En revanche, si le solvant est riche en ammoniaque, il ne devra pas rester plus de deux ou trois minutes dans le canon. Cette opération terminée, vous pourrez passer à la finition, avec un chiffon doux et sec qui récupérera les infimes particules résiduelles dans le canon, et surtout sans aucun produit gras... sauf si l'arme est destinée à être remisée pendant un long temps.


En Espagne : l’interdiction de chasser dans un PN déclenche une plainte auprès de la Commission européenne

Une plainte a été déposée auprès de la Commission européenne, à la suite de dommages importants causés à un Parc national en Espagne, sur lequel la chasse est interdite. En cause, l’absence de gestion adéquate des ongulés, qui a mis le Parc national de Cabañeros dans un état d'abandon, causant des dommages écologiques à la faune et à la flore de la zone protégée. La législation européenne, et espagnole, stipule cependant que les administrations publiques sont responsables de la gestion du Parc et de la fourniture des ressources nécessaires pour maintenir ses intérêts écologiques. Mais après trois saisons au cours desquelles aucune activité de gestion appropriée n'a été réalisée, l'association des parties concernées du Parc national de Cabañeros a franchi une étape importante, en déposant une plainte officielle auprès de la Commission européenne concernant : « la mauvaise et négligente gestion » du PN. Cette action met en évidence le besoin urgent de résoudre le problème, et de redonner au parc un écosystème fonctionnel. Le manque de gestion des ongulés réduit la quantité de nourriture et entraîne la transmission de certaines maladies entre espèces, réduisant ainsi la viabilité d’autres types d’animaux sauvages. Cette situation a particulièrement touché des espèces telles que l'aigle impérial et le lynx ibérique, dont les habitats ont été gravement compromis. Avant son interdiction dans ce PN, la chasse contribuait à maintenir un équilibre utile à toutes les espèces, ce qu’a souligné la Fédération royale espagnole de chasse (RFEC) et la FACE qui soutiennent activement les actions entreprises par l'association, et demandent le retour de la gestion par la chasse.


Brocard à perruque

La tête à perruque est l’échantillon même de l’une des bizarreries de la nature. Au-delà de son côté spectaculaire, la perruque révèle souvent un problème hormonal. Chez les cervidés, les anomalies testiculaires entraînent des malformations de la ramure. A titre d’exemple, la castration accidentelle, ou la perte des deux testicules par infection, entraîne une chute avancée du trophée et une repousse d’embryons de bois qui restent en permanence sous velours. Quand la castration intervient pendant le refait, la calcification s’arrête et le tissu sous-jacent se développe de façon totalement anarchique. Cette prolifération entraîne alors la formation d’une perruque. Ce phénomène reste très rare chez le cerf, mais plus fréquent chez le chevreuil. Cependant, l’absence ou une anomalie des bois n’est pas forcément provoquée par une altération des testicules. Les conditions climatiques sont parfois à l’origine de têtes bizarres. C’est notamment le cas pour le brocard qui refait ses bois pendant l’hiver. Des carences alimentaires continues ou répétées ne favorisent pas la croissance des bois, qui peuvent alors pousser de façon complètement anarchique. D’autre part, une longue période de froid très intense pendant le refait peut aller jusqu’à geler le velours qui irrigue les bois naissants. Ce genre d’aléa climatique exceptionnel entraîne alors une perturbation dans le développement de la ramure. Au niveau hormonal, le cycle est intimement lié à la concentration sanguine en testostérone. Ce taux est au plus bas pendant le refait et doit remonter à son maximum pour favoriser la chute des velours. La moindre perturbation de ce cycle peut donc entraîner les mêmes troubles. Découvert dans l’Allier, ce curieux mais exceptionnel massacre d’un brocard retrouvé mort, montre, après un séjour à l’extérieur qui l’a entièrement débarrassé de ses derniers lambeaux de peau et poils, la calcification de la perruque. 


Des tiques géantes envahissent l’Europe

Après les punaises d'eau géantes à la morsure très douloureuse, un autre animal inquiète les scientifiques. Depuis plusieurs mois, la tique géante Hyalomma lusitanicum, venue d'Afrique et d'Asie, est en train de coloniser l'Europe. Elle est caractérisée par sa taille impressionnante, qui va de 4 à 5 millimètres avant repas, à plus d’un centimètre quand elle est gorgée de sang. Quant à son aspect, il n’est pas des plus sympathique puisque cette tique dispose d’un hypostome (partie buccale qui harponne et pénètre dans la proie) relativement long, des yeux globuleux, et des pattes avec des bandes colorées. Ainsi dotée, elle est donc au moins quatre fois plus grosse que les tiques que nous trouvons habituellement sur le territoire français. Bien évidemment, comme les autres espèces de tiques, Hyalomma lusitanicum peut être porteur de maladies graves, comme la fièvre de Crimée-Congo et la maladie de Lyme. Il est donc essentiel de réagir rapidement si une tique s'accroche à vous, ou à votre animal de compagnie… 

[ LIRE LA SUITE... ]


L’envoutement des chasses d’été

Relativement discrets depuis le printemps, les sangliers se montrent de nouveau. Les laies meneuses, qui s’étaient isolées pour les mises bas, reconstituent leur cellule familiale. Ces compagnies, généralement composées de trois générations, deviennent plus actives au moment où, dans les champs, les épis des céréales arrivent au stade « laiteux », une gourmandise dont les bêtes noires raffolent. C’est là, près de ces cultures qu’il faut les attendre et, si possible, décantonner le groupe en éliminant une bête rousse. L’autre chasse concerne les brocards. Ils ont conquis leurs nouveaux territoires à force d’intimidations, d’aboiements et d’affrontements débridés, et les ont marqués par des frottis et des gratis. A l’approche de juillet, la tension monte… Confirmant les déplacements incessants des animaux, c’est pendant cette période que les coulées se creusent, en attendant l’apparition de ces fameux « ronds de sorcières » qui marquent les longues poursuites des mâles derrière les chevrettes, non encore consentantes. Voyeur intime, le chasseur est donc le témoin privilégié de cette tranche de vie. Les quinze jours qui arrivent sont les plus favorables à l’observation, au balayage des sentiers de pirsch et à l’aménagement des petits postes d’affût.