Le grand art de Nogent à votre portée : un couteau « Jacques Mongin »

 

A la coutellerie Henry, à Nogent, on œuvre depuis cinq générations à la fabrication des plus belles pièces. Aujourd’hui, la petite entreprise est l’une des dernières a réaliser ses productions de manière artisanale dans le bassin nogentais. Sous l’impulsion de Sophie, fille de Gérard Henry, la coutellerie vient d’ajouter un nouveau volet à ses activités : la diffusion des couteaux qui sont parmi les plus beaux du monde, signés « Jacques Mongin »… Pour en savoir plus, c’est ICI

​​​​​​​Tir d’été du sanglier : bien jauger avant de tirer !

Pour être le plus efficace possible, le premier point est d’estimer la distance qui vous sépare de l’animal convoité. Si vous ne disposez pas d’un télémètre, il faudra l’évaluer par tranches. C’est simple : mémorisez une longueur de vingt à trente mètres que vos connaissez bien (votre cour, votre propriété…) et reportez-la mentalement, le nombre de fois nécessaire, jusqu’à la cible. En général et sous les 200 mètres, la marge d’erreur ne dépasse pas les 10 à 15%, ce qui permet de tirer sans apporter de correction. Le second point porte sur l’aspect physique de l’animal (sexe et poids). Si, jusqu’à la bête de compagnie, l’allure générale ne permet pas de faire la distinction entre mâle et femelle, la différenciation morphologique sera possible au stade suivant. Chez les ragots, le pinceau pénien est devenu visible, la partie avant est plus forte et plus trapue que le train arrière. Le ventre est légèrement en retrait et les cuisses sont musclées mais pas rebondies, ce qui donne à l’ensemble une forme trapézoïdale. Chez les laies ragotes, le corps, de profil, aura une forme rectangulaire, présentant un dos longiligne, des cuisses arrondies et un ventre légèrement tombant. Pour l’estimation du poids, le kilo au centimètre de hauteur est toujours d’actualité. Une bête rousse de 40 cm de haut pèse approximativement 40 kg, et une bête de compagnie de 60 cm : 60 kg. Si vous chassez à l’affût, plantez en terre, à environ 80 mètres de votre poste, une branche que vous casserez à 60 cm de haut. Ce repère visuel vous aidera. En revanche, ne fiez jamais à la couleur des soies, car plus elles seront noires, plus le sujet semblera lourd.

Quelle est l'influence de l’altitude sur la trajectoire des projectiles ?

Tous les chasseurs qui pratiquent en zone de montagne, et qui sont amenés à faire des tirs lointains, se sont posés cette question. Rassurons-les, car entre le niveau de la mer et celui de la moyenne montagne (jusqu’à 1000 mètres environ), l’influence de l’altitude ne se fait guère sentir. En revanche, en haute montagne, les écarts seront d’autant plus perceptibles que le calibre sera fort et le coefficient balistique de la balle, faible. Avec les calibres moyens, comme les 7 mm par exemple, ces écarts peuvent être réduits, surtout si l’on choisit des projectiles bien profilés, au coefficient balistique élevé. Prenons l’exemple d’une balle de 150 grains (9,72 g), CB : 0,536 ; VO 920 m/s ; V 100 : 874 m/s ; V 200 : 822 m/s ; DRO : 190 m, et voyons sa chute à 300 mètres :

- Au niveau de la mer  : DRO 190 mètres, chute à 300 mètres : - 21,8 cm

- Altitude 700 mètres  : DRO 191 mètres, chute à 300 mètres : - 20,5 cm

- Altitude 1500 mètres : DRO 194 mètres, chute à 300 mètres : - 19,3 cm

- Altitude 2500 mètres : DRO 196 mètres, chute à 300 mètres : - 18,1 cm

- Altitude 3500 mètres : DRO 198 mètres, chute à 300 mètres : - 17,1 cm

Attention donc si vous êtes amenés à faire une correction, les quelques centimètres d'écart pouvant jouer un mauvais rôle et ne pas placer exactement la balle où vous l'auriez souhaité...

Chasse du brocard : comment utiliser au mieux la trajectoire des projectiles

On sait que la trajectoire d’une balle tirée d’une carabine n’est pas rectiligne. Cette balle, tant qu’elle est dans le canon, est soumise sur son arrière à la pression des gaz de combustion de la poudre, et, sur son avant, à la résistance de l’air. Cette force contraire au déplacement du projectile se manifeste dès le début de son mouvement, et non à partir de la sortie du canon, comme beaucoup le supposent. Puis, dès qu’il sort du canon, l’ensemble des forces qui agissent sur lui se modifie. C’est la fin de la poussée due aux gaz, mais c’est en même temps l’apparition du phénomène de pesanteur, puisque son axe de déplacement n’est plus imposé par la rectitude du canon. La balle est alors soumise à une force qui l’entraîne en direction du sol, et à une décélération due à la résistance de l’air…

[ LIRE LA SUITE... ]

Un calibre qui promet : le 6,5 mm PRC

Introduit en 2018, le 6,5 PRC (Precision Rifle Cartridge) a acquis en quelques années une excellente réputation. Avec une puissance supérieure au 6,5 Creedmor, il séduit les chasseurs de grand gibier par sa précision et sa vélocité. Ce calibre a été développé par George Gardner, fondateur et propriétaire de GA Precision, en collaboration avec Hornady. Le but était de disposer d’une cartouche spécialement conçue pour les tireurs de compétition et les chasseurs, pour les tirs à longues distances. Ce 6,5 PRC est donc basé sur l'étui du .300 Ruger Compact Magnum à col, formé pour des balles de 6,5 mm. Cela lui permet d’accueillir, par rapport au 6,5 Creedmor, 28% de poudre en plus, c’est-à-dire un gain de vitesse initiale, pour des projectiles de même poids, de 91,44 m/s. Ses performances l’amènent au niveau de la 6,5×284, tout en brûlant moins de poudre, afin d’assurer au canon une durée de vie correcte. Le recul produit lors du tir est tout à fait acceptable, ce qui supprime chez certains chasseurs la crainte du coup de doigt. En sortie de bouche de canon, la vitesse initiale d’une balle de 143 grains est de 902 m/s pour une énergie de 3772 Joules, et à trois cents mètres, la vitesse est encore de 755 m/s pour une énergie d'impact de 2644 Joules.

Si vous n’avez pas encore ouvert votre compte SIA, c’est le moment de le faire…

Le nouveau système d’information sur les armes (SIA) est accessible aux chasseurs détenteurs d’armes, depuis le 8 février dernier. Pour le moment, ce compte n’est indispensable que pour acheter ou vendre une arme, mais il est préférable de le créer sans attendre, avant que les 200 000 licenciés des fédérations françaises de tir, ball-trap et ski-biathlon y aient accès, en septembre prochain… Ce qu’il faut savoir pour ouvrir son compte SIA…

[ LIRE LA SUITE... ]

Chevrotines : la plus mauvaise idée de l’année…

Quelle mouche a donc piqué Henri Sabarot, le président de la FDC de Gironde, mais aussi ancien président, excusez du peu, de feu l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Avec les connaissances balistiques que nous avons aujourd’hui, comment peut-il demander le retour des chevrotines pour la régulation des populations de sangliers, même si c’est « sous certaines conditions et sur certains territoires » ? Cela fait quarante ans que ces munitions ont été interdites pour la chasse, et pourtant quelques irréductibles les utilisent encore et d’autres militent pour leur retour. Si elles ont été prohibées, rappelons que ce n’étaient pas simplement pour en contrarier certains, mais en raison de leur dangerosité pour l’environnement et leur inefficacité sur les grands animaux. Trois raisons majeures s’opposent toujours à leur retour : la sécurité, la balistique et l’éthique…

[ LIRE LA SUITE... ]

Le tir, depuis un mirador

Les raisons d'un magistral loupé, alors que toutes les conditions étaient réunies pour faire un bon tir, sont souvent difficiles à détecter. Attribuer à la maladresse les causes d’un échec ne suffit pas. Il faut aller plus loin dans l’analyse, afin que cette situation ne se renouvelle pas, ou le moins souvent possible. Considérons donc, en préambule, sans quoi la discussion n'aurait aucun sens, que notre chasseur a déjà sacrifié à la logique d'un tir de contrôle sur cible, et constaté la justesse du réglage de son arme. Cela étant fait, cherchons maintenant le, ou les autres coupables. A quelques jours de l’ouverture de la chasse d’été, revoyons donc les effets de l'angle de tir.

 

 

[ LIRE LA SUITE... ]

Contrôlez vos optiques de visée

La vérification du réglage d’une optique, avant chaque saison de chasse, est une nécessité…

 

Pour le faire dans les meilleures conditions possibles, le mieux est de vous rendre sur un stand de tir homologué, ce qui garantit les conditions de sécurité indispensables. Afin d’avoir la meilleure stabilité possible, munissez-vous d’un chevalet de tir, et pour la cible, bannissez la boite de conserve ou la boite à chaussures, et travaillez sur une cible de type « C 50 », que vous trouverez chez votre armurier, et qui convient parfaitement pour des réglages allant de 50 à 300 mètres... 

 

[ LIRE LA SUITE... ]

Energie cinétique : que se passe-t-il lorsqu’une balle heurte le corps d’un animal ?

On peut envisager deux hypothèses : soit son aptitude à conférer du mouvement, soit son aptitude à produire du travail. Ce double aspect destructeur des effets des projectiles sur un animal existe bel et bien, puisqu'il y a traumatisme balistique provoqué par l’énergie cinétique transformée en travail au moment de l’impact, et choc par impulsion dû à la quantité de mouvement...

 

Par Roger et Christian Tack

[ LIRE LA SUITE... ]

​​​​​​​Les blessures par balles de chasse

Elles sont souvent la conséquence de tirs de longueur, notamment en plaine et dans les découverts, où les distances sont plus difficilement appréciées qu’en sous-bois. Les balles lourdes, utilisées en battues, plongent rapidement vers le sol au-delà de la DRO, augmentant ainsi le risque de blessures basses. Les tireurs placés en lisière du bois et qui peuvent tirer en plaine, ont souvent un temps de retard sur les animaux débuchant. Dans ces conditions, la visée ne devient effective qu'après un parcours conséquent de ces derniers à découvert. Les blessures hautes des membres, fractures de l'omoplate, de l'épiphyse proximale de l'humérus au membre antérieur, du fémur au membre postérieur, ralentissent, voire immobilisent très vite l'animal, d'autant que ces blessures s'incrustent la plupart du temps en profondeur, dans l'entrée de la poitrine ou dans le bassin. Un grand cerf ou un lourd sanglier est pratiquement condamné à l'immobilité par une telle blessure, dès lors qu'une épaule ou une cuisse est très fracturée. Quant aux balles basses qui touchent les extrémités des membres (onglons), elles sont très douloureuses et arrêtent rapidement un gibier de grand poids. L'animal, non poursuivi, cherchera rapidement une reposée. Comme chez les humains, l'innervation sensitive des extrémités des membres est particulièrement conséquente, d'où cette sensibilité exacerbée à la douleur, lors d’une atteinte. Néanmoins, la blessure étant peu invalidante, le blessé pourra prendre un grand parti dès le moindre soupçon de poursuite, pour n'être, la plupart du temps, jamais retrouvé. De nombreux sangliers tués sont porteurs de lésions bien cicatrisées des extrémités des membres, et malgré ce handicap, se comportaient normalement dans les compagnies, posant au sol sorte de tampon de peau élastique et dur.

Carabine Bergara B14 Timber, calibre 375 HH Magnum : une aubaine pour les chasseurs de (très) grand gibier !

Depuis 2008, Bergara a développé plusieurs modèles de carabines de chasse. Parmi elles, la version Timber qui est proposée en 11 calibres, dont les 6,5 Creedmor et 308 Winchester, très à la mode actuellement. L’importateur pour la France est Verney-Carron, qui élargit ainsi son offre d’armes rayées avec les carabines à verrou Bergara. Mais la Timber B14 est aussi chambrée en 338 Winchester Magnum, ainsi qu’en 375 HH Magnum, dont la réputation n’est plus à faire. La Bergara B14 Timber, chambrée dans ce calibre, peut tout faire, y compris servir à l’étranger sur les plus gros animaux chassables, dès que les contraintes sanitaires seront levées. Voici une carabine fiable, apte à satisfaire les chasseurs globe-trotters les plus exigeants…

 

 

[ LIRE LA SUITE... ]

Browning Maxus II : un semi-automatique extrêmement polyvalent

Conçu pour dépasser les attentes du chasseur, le « Maxus II » de Browning, est la nouvelle référence en termes de fusils semi-automatiques. Il est livré avec cinq chokes, et permet de tirer toutes les cartouches à partir de 28 grammes. Plus d’inquiétude donc pour tirer les charges les plus lourdes, puisque le confort qu’offre cette arme est assuré par sa joue en gel Reactar, et une épaisse plaque de couche qui garantit un recul doux. La crosse est ajustable, grâce à un jeu d’intercalaires livrés avec l’arme. Le « Maxus II » est également très ergonomique, et ses grips surmoulés permettent une préhension optimale. Quant au pontet et au levier d’armement, surdimensionnés, ils assurent une manipulation aisée, même avec des gants. Le système d'emprunt de gaz, la technologie Inflex, la technologie Back-Bored Vector Pro, de Browning, sont ici combinés afin de réduire la force totale du recul de 18% par rapport à n'importe quel autre fusil semi-automatique actuellement sur le marché des armes.

Calibres conseillés pour la chasse du brocard, en été

Nous allons nous cantonner, ici, dans des calibres connus, dont les munitions sont aisément disponibles. Animal relativement léger, le chevreuil ne nécessite pas de projectiles surpuissants. Cependant, il faut prendre garde aux petits calibres dont les balles trop légères sont extrêmement sensibles au vent et à la moindre brindille rencontrée sur la trajectoire. Du 5,6 mm (.224) au 7 mm (.284) en passant par les .243, .264, .277, le panel est large dans les calibres et encore plus abondant dans les projectiles. Tentons donc de faire le point et de trier… dans tout ce qui est proposé.

[ LIRE LA SUITE... ]