Dieu sait que les sujets de sa gracieuse Majesté peuvent pousser l’excentricité jusqu’à son apogée. Mais, trouver en France un écrivain cynégétique anglais, qui fit sa fortune dans la culture de la chicorée, voilà un coup d’éclat !

Gustave Black est l’auteur de 3 publications : un court ouvrage de 32 pages édité en 1862 sous le titre « A mon frère, une nuit sanglante », puis, en 1882 « Master Steeple », dont le titre, à lui seul, résume l’action en Angleterre. Enfin, en 1884, est publié « Le château de la Baraque », dont vous pourrez lire un extrait... L’édition est ornée de soixante-dix vignettes de Jean David de Sauzea, artiste qui fit aussi des peintures cynégétiques. Par la notoriété de ce livre, Jérôme del Moral le fait entrer dans sa sélection de « Récits de campagne et de chasse », panorama de la littérature cynégétique, édité en 2005. Le cadre historique de cette œuvre semble être l’époque contemporaine de Gustave Black, avec, pour la géographie de l’action, un triangle entre l’Angleterre, l’Egypte et la France...

Par Louis-Gaspard Siclon                                            

             Lire le document PDF