Le petit journal de la chasse et de l'environnement

 

 

 

 

 

Actualités : ce que l'on peut en retenir...

(Et la suite en rubrique INFOS...)

La peur du loup change de camp ?

Le 7 septembre dernier, l'intergroupe « Biodiversité, chasse, campagne » du Parlement européen, a organisé une conférence : « Combattre la plus grande menace pour les loups en Europe : l'abattage illégal ». Organisé en collaboration avec la FACE (Fédération européenne pour la chasse et la conservation), cette rencontre avait pour objectif la nécessité d'impliquer activement les parties prenantes concernées, telles que les chasseurs, les propriétaires fonciers et les agriculteurs. La cohabitation avec le loup est-elle possible ? Ceux qui le croient sont de moins en moins nombreux, et la hantise des élus est de voir désormais se multiplier les abattages clandestins. « Pour les personnes qui vivent dans des zones urbaines ou des villes, ces défis sont souvent difficiles à comprendre. Les voix rurales doivent être entendues et intégrées dans la gestion du loup et la planification de la conservation, sinon nous aurons des problèmes de coexistence » a déclaré le président de l’Intergroupe. Le point de vue de la Commission européenne a été présenté par le Dr Nicola Notaro, chef d'unité DG Environnement : « Les rapports des États membres au titre de la directive Habitats, indiquent que l'abattage illégal est une menace majeure pour la conservation du loup… Pour lutter efficacement contre cette pression, il est important de résoudre les conflits sociaux et économiques qui sont souvent à l'origine de l'abattage illégal. La Commission continuera à soutenir les États membres et les parties prenantes, notamment par le biais de projets LIFE et de financements de la PAC… ».


 Donnez votre avis 

Afrique : la Fondation Walton engage 100 Millions de dollars pour la conservation de la faune sauvage

L’organisation African Parks, qui gère 19 parcs nationaux en Afrique subsaharienne, vient d’obtenir, de la part de la Fondation Walton, l’engagement d’un financement à hauteur de 100 millions de dollars, pour la préservation de la faune sauvage en Afrique. Les fonds, qui proviennent du milliardaire américain Rob Walton, fondateur du géant de la grande distribution Walmart, et de sa femme Melani Lowman-Walton, seront répartis en deux enveloppes. Une première de 75 millions de $ sera consacrée au soutien des opérations de conservation, et la seconde de 25 millions ira aux parcs nationaux gérés par l’organisation « African Parks » qui emploie plus de 30 000 employés sur les 14,7 millions d’hectares protégés. En 2020, African Parks a identifié 161 zones d’ancrage en Afrique capables d’abriter une biodiversité d’importance mondiale. Mais actuellement, seules 69 d’entre elles sont protégées de manière satisfaisante. « En Afrique, une partie de la solution consiste à multiplier les parcs, d'une part pour la biodiversité et d'autre part garantir que les communautés bénéficient des avantages sanitaires et économiques que ces zones peuvent offrir, lorsqu’elles sont bien gérées » a déclaré le milliardaire qui espère arriver aux 30 millions d’hectares protégés, d’ici à 2030.


 Donnez votre avis 

​​​​​​​Chasses traditionnelles : une saison sauvée…

Incontestablement, c’est le cœur du monde rural qui a parlé. Vivement encouragés par leurs FDC, les chasseurs militants se sont retrouvés pour dire haut et fort, un « non » catégorique à toutes ces injonctions gouvernementales qui détricotent le monde rural, celui où l’on cultive légumes et céréales, celui où l’on élève des animaux pour les tuer et les consommer, celui où l’on pêche et celui où l’on chasse pour capturer des animaux sauvages et en apprécier leur chair. Particulièrement visés par la décision récente de suspendre les chasses traditionnelles, puis de les soumettre de nouveau à la consultation du public (pour redonner un semblant d’espoir à ceux qui se sentaient brimés ?), les chasseurs sont descendus dans la rue. Ainsi, de Mont de Marsan à Dijon, en passant par Amiens, Redon, Caen, Orléans, Forcalquier… ils étaient des milliers à montrer combien ils ne comprennent pas ce qui motivent les traumatisés des villes, à détruire « le pays d’où ils viennent ». A Amiens, au parc de la Hotoie, dans la ville même de Barbara Pompili, les « ruraux » demandaient tout simplement « qu’on leur foute la paix », faisant porter un chapeau, trop large pour elle seule, à leur ministre de tutelle. Certes, c’est elle qui signe les arrêtés, mais il ne faut pas oublier que derrière, poussent toutes ces associations écolos, anti-chasse et presque antitout. Les politiques, pour des raisons aussi démagogiques qu’électoralistes se sont laissés débordés par ceux qui ne pèsent, électoralement parlant, rien ou pas grand-chose, mais qui savent tirer les ficelles. Puis, le président de la FNC, citant un message insultant et violent reçu le matin même via les réseaux sociaux, a appelé à la rédaction d'une loi qui « protège les chasseurs, attaqués au quotidien virtuellement et physiquement ». A Mont de Marsan, iIs étaient plus de quinze mille aux arènes du Plumaçon, lieu emblématique d’une tradition régionale bien ancrée. Il faisait encore nuit lorsque les premiers manifestants ont convergé pour une journée mémorable, qui a montré, malgré une météo défavorable, le mécontentement des chasseurs, mais également de tous les amoureux de la vie à la campagne et de la ruralité. Dans la foule, de très nombreux jeunes manifestaient leur désir de défendre les chasses traditionnelles, mais pas seulement. Leur mode de vie local fut aussi au centre des préoccupations. Ainsi, on comptait parmi les participants, des veneurs, des paloumayres, des bergers landais, des adeptes des corridas et une majorité de chasseurs de petit et grand gibier, de tout le grand sud. Un signal fort donné avant la mobilisation parisienne prévue en mars 2022, et les élections présidentielles qui suivront…

 

[ LIRE LA SUITE... ]


 Donnez votre avis 

Le « Mouvement de la Ruralité » interpelle les parlementaires LREM

Dans son communiqué, le Mouvement de la Ruralité se dit : « excédé par les attaques incessantes envers le monde rural, sur les bruits, les odeurs, ses activités économiques, sportives, ludiques traditionnelles par des associations animalistes, des activistes, et depuis plusieurs mois par le gouvernement via la ministre de l’écologie, Barbara Pompili… » et a donc décidé d’interpeler les parlementaires LREM. Dans les prochaines semaines, dans tous les départements, des délégations du Mouvement de la Ruralité iront à la rencontre des députés et sénateurs LREM, pour leur exposer l’ensemble des griefs subis par les acteurs du monde rural. Les fédérations, associations, syndicats et autres représentants de la ruralité qui souhaitent s’associer aux délégations peuvent contacter les présidents départementaux du Mouvement de la Ruralité, dont les coordonnées se trouvent ICI

[ LIRE LA SUITE... ]


 Donnez votre avis 

Hongrie : Exposition “One with nature world of hunting” à Budapest

Tous les secrets de la chasse, de la nature et de la pêche seront abordés lors de cette exposition qui se tiendra du 25 septembre au 14 octobre. C’est le plus grand rassemblement mondial consacré à notre passion et cette année « One With Nature » sera l'occasion idéale pour les chasseurs et les experts d’échanger. Huit pavillons, sur 75 000 mètres carrés présenteront la chasse et la biodiversité, la pêche, la fauconnerie, la foresterie, l'avenir de la conservation de la nature et son utilisation durable. Les plus grands spécialistes mondiaux se réuniront pour discuter des thèmes clés de la conservation pour la chasse et la biodiversité, y compris la lutte contre le braconnage et la protection de la nature. Des attractions de haute technologie, y compris des jeux de réalité virtuelle, permettront aux visiteurs de vivre une expérience réelle de la biodiversité unique de la Terre. Les amateurs pourront mesurer leurs compétences en tant que chasseur dans un environnement virtuel, comme les forêts européennes et la savane africaine, ou plonger dans les paysages ruraux virtuels de la Hongrie. Tout ce qui lié à la chasse, notamment l'équipement, l'équitation et les chiens, sera disponible. La Conférence européenne des chasseurs, organisée par la FACE, sera un moment fort, puisqu’il traitera de la prise de décision de Bruxelles sur la chasse et la conservation en Europe.


 Donnez votre avis 

Un monument... musical !

Un monument… musical !

Les sonneurs de trompe… de chasse, ceux qui sont restés fidèles aux traditions de la vénerie, vont être heureux d’apprendre la sortie de ce coffret de 6 CD qui couvrent tout l’art de la musique de chasse : Cd 1 : « Au Panthéon de la vénerie » (45 fanfares). Cd 2 : « Protocole et déontologie de la vénerie d’hier et d’aujourd’hui » (84 fanfares). Cd 3 : « Hommages, honneurs et dédicaces » (64 fanfares). Cd 4 : « Fanfares d’animaux et de circonstances » (72 fanfares). Cd 5 : « La chasse à tir en fanfares » (54 fanfares). Cd 6 : « Histoire et modernité à l’épreuve des exigences de la musique » (30 fanfares). Dans le livret qui accompagne cette collection magistrale, Philippe Dulac souhaite la « Bienvenue dans ce panthéon sonore », et Pierre de Rouälle « félicite Hubert Heinrich pour l’originalité de son initiative, contribuant avec faste à l’élargissement d’un patrimoine commun à la trompe des sonneurs et à l’activité des équipages ». Ce magnifique coffret, d’une richesse musicale incomparable, est disponible au prix de 64 €, frais d’envoi compris auprès de : Institut Hubert Heinrich, 8 rue du Bout dessous, 25250 Gémonval. Internet : www.ihh.gemon@yahoo.fr

 

 


 Donnez votre avis 

Dossier chaud : Engrillagement : le malaise est-il de chaque côté de la clôture ?

Des milliers de rouleaux de grillage ont bouleversé les biotopes, coupé des passages séculaires, isolé des noyaux de populations. De plus en plus, des régions entières sont découpées en secteurs indépendants les uns des autres. Or, des échanges d’individus sont nécessaires d’une zone à l’autre pour maintenir la richesse d’un patrimoine génétique longuement acquis. Toute entrave est donc signe d’appauvrissement, ce qui, à terme, représente un danger pour la diversité de la faune sauvage… Quelques députés et sénateurs planchent actuellement sur le sujet et devraient, au début de l’année prochaine, présenter leurs premières propositions.

 

 

[ LIRE LA SUITE... ]


 Donnez votre avis