Le petit journal de deux indissociables : la chasse et l'environnement

Les Caisses à Chiens du Châtillonnais

 

 

 

 

 

21450 Saint Marc-sur-Seine

Tél. : 07 89 82 92 26   -   Courriel : remi.liady@hotmail.fr

En battues estivales : n'exigez pas trop de vos chiens

A la période la plus chaude de l’année, les chiens courants sont soumis à rude épreuve. Lors des battues, souvent indispensables pour préserver les récoltes et les bonnes relations avec les agriculteurs, trois risques majeurs menacent les chiens : la déshydratation, les brûlures des coussinets et le coup de chaleur.

- La déshydratation : le meilleur moyen de la prévenir est de disposer d’un récipient par chien, d’eau propre et fraiche à volonté. Pour les rafraichir rapidement, une astuce consiste à préparer des glaçons de bouillon de poulet, faible en sodium, ou des glaçons au yaourt. Et pour leur redonner de l’énergie entre deux battues, évitez les croquettes sèches et optez pour des aliments en boîte qui contribuent à procurer une part de l’humidité nécessaire à leur organisme.

- Les brûlures des coussinets : sous le soleil, certains endroits du sol peuvent être très chauds. Evitez de découpler en pleine journée, d’autant que la voie sera meilleure en soleil déclinant. Les signes de brûlures aux coussinets se reconnaissent aux boiteries, à l’effort soutenu pour avancer, au léchage et mordillement des pattes et l’apparition de cloques ou de rougeurs. Si le coussinet est déchiré, il faut rapidement mettre le chien dans un endroit frais et rincer avec de l’eau fraîche avant d’appliquer une crème antibactérienne douce.

- Le coup de chaleur : c’est un risque sérieux pour la santé du chien, pouvant même être fatal. La première des précautions incombe bien évidemment au maître, qui doit éviter de faire travailler son ou ses chiens si les conditions sont défavorables. Un chien qui chasse, surtout en meute, ira au bout de ses forces. La montée en température au cours de la poursuite nécessitera, comme pour les risques de déshydratation, de l’eau fraiche et propre, de l’ombre et un endroit ventilé.

Education canine : c'est le moment de faire, ou de perfectionner, un chien de pied...

Les bons chiens de pied sont la fierté des chasseurs de sangliers. S'il est relativement aisé de choisir, il est préférable de prendre, pour cette spécialité, un sujet issu d’une bonne lignée, dont la taille sera adaptée aux territoires sur lesquels il évoluera. Si les chiots sont quasiment tous dotés des facultés indispensables pour faire ce métier, il ne faut jamais perdre de vue que c’est le maitre, au cours des nombreuses séances d’entrainement, qui l’aidera à les développer. Ensuite, l’expérience finira l’éducation… Un chien de pied est, généralement, mené à la longe dans deux buts :

- soit trouver une voie rentrante dans un buisson, et vérifier qu’il n’y a pas de sortie. Les bêtes noires ainsi localisées seront ensuite attaquées avec des rapprocheurs, avant de découpler le reste de la meute, ou directement « de meute à mort », comme on le dit en vènerie,

- soit remonter une voie jusqu’à la bauge, pour une levée et une attaque directe, ou pour tenir le ferme, le temps de laisser arriver les autres chiens meneurs.

Le chien de pied doit donc être parfaitement créancé, et dans le cas où il ne fait que le travail de recherche de voies, on peut s’appuyer sur l’expérience d’un chien âgé. En revanche, dans le second cas, puisqu’il y aura lancé et menée après la découverte des animaux à la bauge, le chien devra être en pleine possession de ses moyens pour la suite des évènements.

 

Les qualités indispensables

Confiant dans son maître qui assure la sécurité dans l’environnement, un bon chien de pied restera appliqué sur la voie. Un chien emporté ou trop nerveux, voir inquiet, ne sera pas performant dans cette activité. Il lui faut du nez, mais pas trop, afin qu’il ne vous emmène pas sur une voie de hautes erres, ce qui réduirait à néant les chances d’attaquer les sangliers probablement trop éloignés. Cette aptitude à travailler et remonter une voie « saine et froide » se développe avec les années et l’entraînement, mais c’est aussi une faculté innée, très souvent héréditaire. Bien que toutes les races puissent fournir des chiens de pied, la réputation du Saint-Hubert et des chiens du Midi n’est plus à faire, surtout chez les Gascons saintongeois, les Bleus et Ariégeois. Les courants suisses fournissent aussi d’excellents pisteurs ainsi que les Porcelaine ou les griffons. Une place particulière est à faire aux briquets de pays qui s’avèrent très souvent de très bons auxiliaires. Dans cette énumération, il ne faut surtout pas oublier les bassets, qui sont près de la voie et pour cause, de plus en plus employés pour faire le pied. L’exemple en est donné avec le basset Hound qui est utilisé avec succès. De plus, la voie du sanglier est une voie forte et, en principe, point n’est besoin de chiens ayant un nez très fin pour le chasser. Cependant, les grandes distances, les possibilités de change, les fausses remises font de cet exercice un art à part entière.

Plutôt que le ton, les chiens comprendraient bien les mots

Dans une nouvelle étude publiée le 22 mars dernier par « Current Biology », les chercheurs, avec l’aide d'une technique d'imagerie cérébrale, pensent avoir trouvé une preuve de compréhension du sens des mots chez les chiens. Entendre les noms de leurs jouets préférés activerait leur mémoire. « Cela nous montre que ce n'est pas une faculté simplement humaine » a écrit la co-autrice de l'enquête, Lilla Magyari, chercheuse à l'Université Loránd-Eötvös en Hongrie. Au départ, la question était de savoir si les chiens comprenaient les mots ou la situation dans laquelle ils se trouvaient, la science n'ayant pas encore été en mesure d'apporter de réponses claires. Pour de nombreux experts, ce n'est pas ce que nous leur disons, mais la manière et le moment où nous le faisons qui les stimulent. Dans cette étude, les scientifiques ont utilisé une technique d'imagerie cérébrale non invasive sur 18 chiens. A l'aide d'électrodes posées sur leurs crânes, ils ont enregistré leur activité cérébrale. Alors que l'aptitude des chiens à rapporter un jouet spécifique, après en avoir entendu le nom, était auparavant considéré comme un don, cette nouvelle approche « montre que de nombreux chiens apprennent le nom des objets en termes de réponse cérébrale, même s'ils ne le montrent pas dans leurs comportements ». Perplexe devant ces conclusions, Clive Wynne, comportementaliste canin américain à l'Université d'Etat de l'Arizona, s’est dit « partagé » sur ces résultats dont : « la compréhension sémantique n’est pas démontrée, bien que le dispositif expérimental soit ingénieux et permette de tester l'ensemble du vocabulaire fonctionnel des chiens »…

Entrainement de chiens du 8ème groupe en enclos : une fausse bonne idée

La Fédération Cynologique Internationale (FCI), reconnaît l’existence de 349 races de chiens, un chiffre qui évolue régulièrement au gré de la découverte et de la création de nouvelles races à travers le monde. Chacune de ces races présente des standards qui lui sont propres, et liste les critères physiques et les qualités mentales, auxquels doivent répondre les spécimens souhaitant obtenir un pedigree, c’est-à-dire être inscrits dans le Livre des Origines Françaises (LOF). Ces races sont classées en 10 groupes, en fonction des aptitudes de l’animal (chien de troupeau, de chasse, de compagnie, etc.), mais également de sa morphologie. Nous nous intéresserons ici particulièrement aux groupes 6 (chiens courants), et 8 (chiens rapporteurs de gibier, chiens leveurs de gibier et chiens d’eau). Ces chiens, en dehors de la chasse, ont un grand besoin d’entrainement pour entretenir leur forme, les éduquer, les sélectionner, et, pour ne pas perturber les territoires dits « ouverts » en périodes de naissances et d’élevage des jeunes animaux sauvages, l’utilisation de vastes parcs ou enclos est traditionnelle. Mais petit problème : si ces entrainements, en milieux fermés, sont couramment pratiqués pour les chiens du groupe 6 (les courants), il n’en est pas de même pour les chiens du groupe 8 (rapporteurs, leveurs et chiens d’eau), et pour aucune des races de ce groupe 8, la sélection ne comporte, à ce jour en France, d’épreuves en enclos. Dans un contexte difficile, où cette pratique est fortement remise en cause, comment justifier que la SCC l’étende à des races du 8ème groupe, qui ne les ont jamais intégrées dans leurs épreuves de sélection, en France ?

Par Christian Busseuil

[ LIRE LA SUITE... ]

Attention : un limier peut en cacher un autre

Le sanglier, très erratique, peut parcourir bien des kilomètres en une nuit et se rembuche rarement dans le canton d’où il est parti. Comme il a besoin d’un « toit », on le trouvera dans les épais fourrés, de préférence bien exposés. En hiver, il ne sera jamais sur un versant froid orienté au nord et au vent, et par temps de pluie, il trouvera refuge dans une combe abritée des vents d’ouest...

[ LIRE LA SUITE... ]

Au ferme, faut-il encourager les chiens ?

Dur métier que celui de chien à sanglier, surtout quand il fait face à une bête noire, prête à infliger aux plus hardis des blessures sérieuses, parfois mortelles. Aujourd’hui, devant les chiens courants, le comportement du sanglier a bien changé. Son salut n'étant plus toujours dans la fuite, il fait alors face... Acculé, courageusement et de façon délibérée, il tiendra le ferme, attitude classique, soit parce qu’il ne veut pas courir, soit parce qu’il ne peut plus le faire. Dans le premier cas, sa manœuvre sera plus dissuasive, et souvent il finira par prendre son parti, dans le second, il défendra chèrement sa peau et quelquefois la fera payer très cher à ses poursuivants...

 

Par Cyril Jolibois

[ LIRE LA SUITE... ]

Recherche du grand gibier blessé : revenir d'urgence aux fondamentaux !

Est-ce la chasse qui a fait l’Homme ?

Opportuniste, cueilleur des premiers jours, occasionnellement charognard par obligation, mais déjà en quête de chair fraîche, le chasseur a rapidement développé des techniques lui permettant de capturer, ou d’abattre, le gibier convoité. Les techniques utilisées par nos ancêtres font encore débat aujourd’hui dans la communauté scientifique, mais il est avéré que, depuis plus de trente mille ans, l’utilisation du chien s’est progressivement imposée. Très vite, l'homme a compris les avantages qu'il pouvait tirer de ses fantastiques qualités : sens aiguisés, facultés physiques adaptées à la chasse, endurance supérieure et une socialisation rendue facile par sa volonté d'intégration instinctive...

 

Par Christian Busseuil

 

Lire le PDF

Avec la chute des feuilles, les chiens peinent à la voie !

Dans beaucoup de sociétés, mais comme tous les ans, les mêmes questions surgissent à propos des chiens. Ils ne lèvent pas, ou mal, le gibier, ils ne le poursuivent qu’à grand peine, et ils perdent facilement la voie, quand bien même elle n’est pas de hautes erres. Pourtant, si le choix de la race préoccupe le chasseur, gardons-nous bien des trop belles illusions. Cette période de l’automne, qui fait tomber les feuilles, dure deux temps, celui de la chute, et celui qui transforme les odeurs du sol en un magma d’effluves qui envahit le nez du chien. Dans les différents comportements observés, excluons de suite les chiens pour qui la chasse n’est que l’occasion d’une sortie dans la nature, c'est-à-dire les « emballeurs », les « voleurs », les « musards » et ceux qui chassent le contre comme le vrai. Ne gardons que les passionnés, quelle que soit leur race, mais n’oublions jamais que leur comportement sera toujours sous la dépendance absolue de l’intensité, de la propagation et de la persistance de ces fragrances laissées par le gibier. Cette qualité de la voie est toujours la résultante de l’ambiance atmosphérique, et c’est elle qui conditionne sa stabilité. L’approche d’un rapide changement de température est aussi mauvais que le changement lui-même. Nous ne le percevons pas, mais cela nous fait douter des capacités de nos chiens, premières victimes de ces variations du thermomètre qui plaquent au sol, ou élèvent bien au-dessus du niveau de leur nez, ces molécules odorantes…

[ LIRE LA SUITE... ]

Des chiens surdoués, ça existe !

Certains chiens ont une capacité d’apprentissage plus développée que d’autres, et cette aptitude n’est pas passée inaperçue. Des chercheurs ont donc cherché à découvrir d’où viennent ces compétences, en particulier celles des performances exceptionnelles. Si l’origine génétique est l’assise des capacités d’un sujet, l’environnement et l’entraînement jouent un rôle plus important qu’on ne le pensait. Chez les chiens, les traits cognitifs individuels, et stables dans le temps, se dessinent entre deux et six mois, période délicate de l’imprégnation. Mais, si la plupart des chiots arrivent à un niveau quasiment identique au terme de cette période, l’éducation fera ensuite, et très rapidement, la différence. D’où l’indispensable travail de découverte des fonctions ou actions que le chiot, devenu chien, aura à faire au cours de sa vie. Laisser un jeune chien au chenil et confier son éducation aux seuls autres chiens de la meute est une perte de temps, et créé un retard irrécupérable chez le sujet qui perd ainsi une bonne partie de son capital intellectuel.

« Guide pratique des premiers secours canins » de la FACCC

Quelle bonne idée a eu la FACCC de préparer ce petit fascicule riche d’enseignement et de renseignements. Sans prétention technique, il est la base des premiers gestes à faire en cas de problème avec un chien, dans les troubles les plus courants qu’il est susceptible de rencontrer en, et hors action de chasse. De la trousse de secours au transport et déplacement d’un chien blessé, les atteintes les plus courantes sont traités en trois phases : symptômes et description, les bons gestes à faire, les gestes à éviter ou le matériel nécessaire pour prodiguer les premiers secours d’urgence, avant l’arrivée du chien malade ou blessé chez le vétérinaire. Les pathologies traitées sont : arrêt cardiaque, chenilles processionnaires, coup de chaud, dilatation et torsion d’estomac, état de choc, éventration, hémorragie interne, hypoglycémie, fracture de membre, morsure de serpent, plaie, plaie hémorragique, pneumothorax, problème oculaire. Les conseils pratiques : transporter un chien blessé, improviser un brancard, improviser une muselière, bon à savoir et à faire. Pour se le procurer, s’adresser à son AFACCC départementale.

Chiens courants : parcs d’entrainements et enclos de chasse

Au mois de juillet dernier, la FACCC informait des conséquences de la loi du 2 février 2023, visant à limiter l'engrillagement des espaces naturels, et à protéger la propriété privée, sur la pratique de l'entraînement des chiens courants dans les enclos de chasse datant de moins de 30 ans. Cette loi a modifié l'article L 424-3 du Code de l'environnement, et la définition de l'enclos, qui est désormais : « terrains attenant à une habitation et entourés d'une clôture continue et constante, faisant obstacle à toute communication avec les héritages voisins et empêchant complètement le passage des animaux non domestiques et celui de l'homme, réalisée plus de trente ans avant la promulgation de la loi n° 2023-54 du 2 février 2023 ». Les enclos datant de moins de 30 ans ne sont donc plus des enclos de chasse, au sens du Code de l'environnement, alors même que l’article 4 de l’arrêté du 21 janvier 2005, modifié le 15 novembre 2006, précise que les entraînements, concours et épreuves de chiens de chasse ne peuvent se dérouler toute l'année pour l'ensemble des catégories de chiens : « qu'uniquement à l'intérieur des enclos de chasse au sens du I de l'article L 424-3 du Code de l'Environnement. L'application de ces nouvelles dispositions législatives est donc très préjudiciable pour les adhérents de la FACCC, et tous les chasseurs aux chiens courants qui voient le nombre d'enclos de chasse (donc de lieux où l'entrainement peut être pratiqué toute l'année), considérablement réduit. La FACCC s'est donc mobilisée et a notamment sollicité le Ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, afin que des dispositions soient prises pour protéger la pratique de l'entraînement en enclos de chasse, toute l'année. Un message du ministère confirmait, cette semaine, que ces demandes ont été entendues. Les textes d'application de la loi sont en cours de rédaction et les acteurs du monde cynégétique, dont la FACCC, vont être très prochainement sollicités sur l'aspect technique et les dispositions à prévoir pour que les l'entrainement puissent se faire toute l'année en enclos et en parcs.

26 août : « Journée mondiale du chien »

Proche de l’être humain depuis près de quarante mille ans, et auxiliaire irremplaçable pour les chasseurs, nos chiens méritent bien une journée mondiale pour fêter cette longue amitié, et aussi agir pour sa protection et son bien-être. Seul canidé que l’être humain a su domestiquer, la journée mondiale du chien se fête partout dans le monde. Bien que l’animal possède une place privilégiée auprès de l’Homme, trop souvent encore, maltraitance et abandon jalonnent parfois sa vie. À l’origine, portée par le « National Dog Day » aux États-Unis, cette célébration mondiale est désormais soutenue par l’IFAW (International Fund for Animal Welfare)...

[ LIRE LA SUITE... ]

Le chien d’oysel allemand Wachtelhund

Si cette appellation de Wachtelhund (chien de caille), date de plusieurs siècles, la race a été créée vers 1890 par Frédéric Roberth, un éleveur allemand. Pour l’obtenir, il a croisé initialement des chiens de chasse à poil long et de petite taille, avec des chiens de taille moyenne. Les descendants de ces croisements ont ensuite été repris par Rudolf Friess (1881/1965), forestier en chef au bureau de Merzalben, qui œuvra à en fixer les qualités à partir de 1906, en croisant les sujets avec des chiens de haute montagne bavarois. « Pour créer une race, on travaille sur la sélection de sujets de cette race avec des apports extérieurs qui vont dans le sens de ce que l’on veut obtenir. Un bon chien pour le bon territoire, c’est la base avérée pour le Wachtelhund… » écrivait Friess. Cinquante ans après sa disparition, pour souligner l’importance de ses travaux, le groupe régional de Haute-Bavière de la VDW a érigé un monument à la mémoire du forestier en chef. Dans son discours élogieux, Gerhart Zwirglmaier a nommé ainsi Rudolf Friess : « Le sauveur du chien de caille allemand… À une époque où il était à la mode d’élever des chiens pointant et fouillant selon le modèle anglais (les spaniels), il lui manquait un assistant pour la chasse en forêt et en montagne. Fort en voix et sûr de voie étaient les deux principales qualités de cette nouvelle race, et pour cela, la connaissance des sujets destinés à la reproduction était la clé de la réussite… ».

Par Christian Busseuil

[ LIRE LA SUITE... ]

Indispensable pour nos chiens : la trousse de premiers secours

Morsures, piqures, plaies aux coussinets et accidents divers sont courants, surtout en période de chasse, et principalement celle du sanglier. Voyons quelles sont les urgences les plus fréquemment rencontrées… Entre le moment de l’accident et l’arrivée chez le vétérinaire, la survie d’un chien ne tient quelquefois qu’à un fil… qui se trouve dans une trousse de premiers secours. Une réaction rapide, bien que provisoire, peut sauver la vie. L’accident de plus courant est l’intoxication. C’est bien connu, les chiens ont tendance à avaler tout ce qu’ils trouvent, et même boire dans une flaque le premier liquide venu, même s’il est chargé de pesticides ou autres poisons. Une intoxication se reconnaît par plusieurs symptômes : abattement brutal, tremblements et convulsions, paralysie ou raideur des membres, fièvre, diarrhées et vomissements, forte salivation, difficultés respiratoires… Dans ce cas, identifiez, si possible, le type du produit absorbé, et foncez chez le vétérinaire qui pourra traiter avec le bon antidote. Viennent ensuite les piqures et morsures. Plus fréquentes l’été et en début d’automne au moment de l’ouverture de la chasse, la guérison du chien dépendra, là aussi, de la rapidité d’intervention. Que ce soit une morsure de serpent, une piqure d’insecte, des morsures infligées par d’autres chiens ou par un animal sauvage, il convient, dans tous les cas, d’agir vite sans pour autant se précipiter. S’il s’agit d’une morsure de serpent, ne tentez pas de retirer le venin vous-même. Cependant, évitez tout effort à l’animal afin de ne pas accélérer son rythme cardiaque, ce qui favoriserait la progression du venin dans l’organisme. Ensuite, menez-le chez le vétérinaire qui mettra en place le traitement adéquat (antalgique, antivenimeux, anti-coagulant, cortisone, perfusions, etc…). Dans le cas de piqûres d'insectes, celles de guêpes et frelons peuvent être dangereuses, car certains chiens sont allergiques. Si quelque temps après la piqûre, votre compagnon présente un gonflement de la zone (souvent au niveau de la bouche car il essaye de « gober » l'insecte), il risque de faire un « œdème de Quincke » ainsi qu'un choc allergique. Si vous constatez ces symptômes, rendez-vous d'urgence chez le vétérinaire le plus proche qui fera des injections afin de stopper la réaction allergique. Quant aux morsures d'animaux sauvages ou de chiens, et bien que les dégâts semblent souvent peu importants, c’est en général plus grave qu’on ne le pense. Il peut en effet y avoir des lésions internes (déchirures de muscles, perforation d'organe) qui peuvent dégénérer en abcès. Dans ce cas, un traitement soigneux ainsi que des antibiotiques seront nécessaires à la guérison du chien. Cela nous amène à la trousse de première urgence, qu’il est recommandé d’avoir en permanence sous la main. Le contenant sera du volume d’une boite à chaussures, solide et étanche. Sur le couvercle, vous inscrirez les coordonnées d’un ou de plusieurs vétérinaires susceptibles d’intervenir, et une fiche pour votre ou vos chiens, avec leur âge, poids et problèmes connus, tatouages et adresse. Les principaux éléments, indispensables pour porter les premiers secours, sont : des compresses pour nettoyer, panser et protéger (proscrire le coton qui laisse des fibres) ; une solution antiseptique de type bétadine ou de l’eau oxygénée (indispensable) ; des bandes pansement adhésives pour réaliser un pansement provisoire ; un sérum physiologique pour désinfecter les plaies ; des seringues pour rincer les plaies ou pour hydrater le chien, ou l’alimenter ; du charbon, type charbon de Belloc en cas d’ingestion de toxiques et du Smecta contre les diarrhées ; une pince à tiques, une pince à épiler, des ciseaux et des gants, un thermomètre, une loupe ; une muselière (les chiens les plus doux peuvent mordre en cas de douleur). Cette liste n’est pas exhaustive et, quoi que vous fassiez, il faudra vous rendre chez le vétérinaire au plus tôt. Avoir une trousse d’urgence n’est qu’un atout supplémentaire…