Avec lucidité, le sénateur Patrick Chaize est revenu sur ce document dont il est le rapporteur. « Je savais que je n’aurai que des ennemis » a-t-il concédé, ajoutant : « Nous avons été en recherche d’efficacité, pas d’image ». Cependant, le sénateur aindinois regrette que l’absence de jour sans chasse, ou la surveillance de l’alcoolémie des chasseurs, au même titre que celle des automobilistes « qui n’est pas une évidence au vu de l’accidentologie », précise l’élu, aient suscité tant de réactions. Il met en avant le travail de fond de la commission, qui a effectué cinq déplacements sur le terrain, dont un dans l’Ain, auditionné 170 personnes durant 48 heures, pendant les dix mois de travaux. Cette mission parlementaire débouchera très probablement sur une proposition de loi, espère le rapporteur qui précise : « …avoir défendu des mesures de bon sens que préconise notre mission ». Soulignons toutefois que certaines d’entre elles ont été taxées de « timides ». Nous regrettons quand même que, dans l’esprit d’un sénateur rural, la convivialité soit encore synonyme de beuverie…

(Avec un grand merci à l'auteur de cette scène de chasse originale !)