Ces points d'eau, riches en biodiversité, malmenés depuis des décennies, sont aujourd’hui aux petits soins. Il existe deux grands types de mares. Les temporaires et les permanentes. Les temporaires se forment principalement après des pluies sur des sols imperméables, ou par écoulement d'eau dans des cuvettes, ou encore à partir de résurgences liées au gonflement des sources et des nappes phréatiques. Quant aux mares permanentes, elles sont alimentées en continu et ne s'assèchent jamais. Source de vie pour une multitude d'espèces, leur fonctionnement écologique est très différent. Celles qui s’assèchent une partie de l'année sont aussi importante que celles qui restent en eau, car un assèchement ponctuel est aussi une question de survie pour certaines espèces. Sur une mare, les premiers colonisateurs sont les insectes aquatiques, qui sont la base de la chaine alimentaire. Ils fournissent la nourriture aux batraciens, puis aux oiseaux et enfin aux mammifères. Comme les emplacements de celles qui ont été détruites restent humides, ces espaces se recréent facilement en pleine nature, avec un temps de réponse quasi immédiat.