Elles sont, d’après les experts qui se sont penchés sur elles, 562 à ne pas avoir été observées depuis plus de 50 ans. Lorsqu'un animal est déclaré éteint, plusieurs données sont examinées : la date de la dernière observation directe, l’exploration pointue de son aire de répartition, l’avis des organismes locaux. Il arrive cependant qu’une espèce, non observée durant une longue période, soit déclarée éteinte prématurément, et réapparaisse sans que l’on en connaisse les raisons. C’est le cas du pic à bec d'ivoire, un oiseau originaire de Cuba et du sud des Etats-Unis, déclaré éteint à deux reprises, une première fois en 1944, une deuxième fois en 2004, et redécouvert par la Fish & Wildlife Service des Etats-Unis, en avril dernier. Réalisée par deux universités, allemande et canadienne, cette étude, publiée sur Animal Conservation, est la première à quantifier ces espèces perdues, comprenant 257 reptiles, 137 amphibiens, 130 mammifères et 38 oiseaux.