Depuis la mort, en 2018, du dernier mâle, il ne reste plus sur la planète, que deux femelles de rhinocéros blancs, qui vivent sous protection rapprochée dans la réserve kényane d'Ol Pejeta. Des gamètes de plusieurs mâles ayant été conservés, un groupe de scientifiques du consortium « BioRescue », a collecté 80 ovocytes sur les deux femelles, ce qui leur a permis de « fabriquer » 12 embryons, ont-ils annoncé dans un communiqué. Le directeur d'Ol Pejeta, Richard Vigne, a souligné que, malgré ces résultats prometteurs, de nombreux défis restent à relever. « Nous faisons des choses d'avant-garde d'un point de vue scientifique et nous travaillons avec la génétique, mais il y a encore beaucoup d’incertitude, quant au résultat final » a-t-il déclaré. Comme aucune des deux femelles n'est en mesure de mener une grossesse à son terme, il est maintenant envisagé de recourir à des mères porteuses, pour obtenir des bébés rhinocéros blanc du Nord, qui vivaient notamment au Soudan du Sud et en Ouganda. Outre Ol Pejeta et l'Agence kényane de protection de la faune (KWS), BioRescue réunit entre autres l'Institut Leibniz de recherche zoologique et animale, en Allemagne, et le laboratoire Avantea, en Italie, spécialiste de la reproduction de chevaux et de bovins.