Dès le mois de décembre 2021, après l’annonce du retrait des dérogations demandé par la LRBPO, le RSHCB a multiplié les contacts afin de sortir de cette impasse. Malgré le manque de coopération du DEMNA qui pourtant devrait diffuser toutes les informations scientifiques et statistiques pour alimenter les demandes de dérogation, la concertation a été très constructive avec le DNF et la Fédération Wallonne de l’Agriculture (FWA) pour adopter une attitude commune et ferme sur ce dossier. Aujourd’hui, des avancées ont lieu, et après avoir entendu les arguments de RSHCB, la réflexion de la Section Nature du Pôle « Ruralité » évolue. Pour la corneille noire, il n’y a plus de quota de tir maximum par hectare de culture, et le recours au piégeage (cages et nasses) pourrait à nouveau être autorisé par le DNF. Mais d’autres blocages subsistent, dont le délai d’obtention des autorisations qui arrivent trop tardivement, obligeant les agriculteurs à recommencer leurs semis, et les demandes de dérogations pour les pies, grands destructeurs d’oisillons, qui sont systématiquement refusées, au prétexte que leur impact sur la petite faune est réduit et se produit à une saison où les oiseaux impactés ont encore la possibilité de refaire une seconde couvée. Pour le RSHCB, écrire cela est scandaleux, et à défaut d’obtenir du DEMNA une étude sur l’impact de la pie sur la petite faune, il rassemble actuellement une documentation qui devrait permettre d’infléchir ces décisions.