Il n’a pas fait dans la dentelle Michel Sardou. Venu promouvoir sa tournée qui débutera en octobre prochain, il en a profité, sur le plateau de BFM TV, pour remettre la pendule de l’écologie à l’heure. « Je pense que tout le monde est écolo. On n’a pas envie de pourrir le monde. Mais d’un autre côté, je n’en fais pas une attaque… ». Au sujet de Greta Thunberg, il a répondu aux journalistes Olivier Truchot et Alain Marschall : « Celle-là, elle n’est pas très nette, elle me fait un peu peur quand même… Elle est excitée comme une pendule… ». Puis, il a servi Sandrine Rousseau : « Qu’on parle écologie en disant attention à des produits toxiques qu’on met dans l’alimentation ou l’agriculture, oui. Mais là, elle ne parle pas d’écologie… ». A propos du mari de Sandrine Rousseau, il glissa : « Le pauvre, franchement ! Il ne faudrait pas faire une marche pour aider ce pauvre mec ? ». Quant à Marine Tondelier, la nouvelle présidente de EELV, elle a eu également sa part de gâteau pour avoir déclaré vouloir une France sans millionnaires. « Elle ne parle pas d’écologie, elle dit qu’elle veut la peau de Bernard Arnault. Mais elle est con ! Bernard Arnault fait travailler des milliers de personnes… » a-t-il lâché, concluant « J’aime l’écologie, mais je n’aime pas l’écologie politique ! ». Les « vertes » se sont bien sûr défendues, et c’est Marine Tondelier qui ouvrit le bal : « Ce que Michel Sardou doit comprendre, c’est que les écologistes sont en train d’essayer de sauver les lacs du Connemara », a tweeté la députée. Puis ce fut le tour de Sandrine Rousseau qui, au cours de la manifestation contre la réforme des retraites, a publié une photo d'elle posant devant une pancarte… Trois titres du répertoire de l’immense Michel Sardou feront la conclusion : « La vallée des poupées », « Être et ne pas avoir été », « Attention les enfants, danger ! ».