Selon l’hebdomadaire sud-africain « Mail & Guardian », le tribunal de Pretoria a débouté des fabricants de drones qui contestaient une note du ministère de l’Environnement, interdisant l’utilisation d’engins volants motorisés, pour repérer les animaux, avant de tenter leur capture. La justice a donné raison au gouvernement sud-africain, qui estime que cette pratique accroît la pression sur certaines espèces menacées. L’Afrique du Sud n’est pas la seule touchée par ce « progrès technologique », puisque la vente de drones a également explosé depuis quelques années en Australie et en Nouvelle-Zélande dans le même but. Pour autant, il ne s'agit pas de se passer de cette technologie, puisque l'emploi des drones par les autorités, dans le but d'inventaires et de recherches scientifiques, reste autorisé.