Ces jeunes mamans sont-elles de bonnes mamans ? Accusées de donner naissance à des animaux dits « décyclés », les jeunes laies, dont la morphologie permet la reproduction, participent activement au renouvellement des populations. Ce phénomène est relativement nouveau, puisque constaté il y a seulement une trentaine d’années. Il est principalement dû à la modification des méthodes culturales et à l’abondance de la nourriture disponible, qui permettent une croissance des sangliers beaucoup plus rapide qu’auparavant. Résultat, quand une jeune laie arrivait difficilement à peser 40 kilos à 18 mois, elle y parvient aujourd’hui en moitié moins de temps. Les conséquences ne sont pas que corporelles puisque, dans le premier cas, elles repoussaient les premiers accouplements au moment du rut, mais, dans le second cas, elles les déclenchent beaucoup plus tôt, ce qui peut amener, pour ces jeunes laies, une première portée à l’âge de 13 ou 14 mois. Bien qu’elles ne soient pas conséquentes (de un à quatre marcassins), leur nombre favorise l’augmentation des populations. L’inconvénient est que ces jeunes laies n’ont pas l’expérience des adultes, et adoptent un comportement inadapté aux exigences humaines, bien souvent générateur de dégâts plus conséquents. Mais il reste encore, pour les passionnés de la bête noire, à comprendre et à découvrir quelques secrets bien gardés. Le sanglier n’a donc pas fini de nous surprendre…